FRANÇOISE FABIAN CONFIDENCES

0
195

Le cinéma d’Artpassions Arthur Dreyfus En mars 2020, la vie culturelle s’interrompait brutalement pour limiter la propagation d’un invisible ennemi. Théâtres, cinémas et musées sont devenus des lieux presque magiques, figés dans le passé. Un an plus tard, Arthur Dreyfus propose aux lecteurs d’Artpassions un dialogue exclusif avec l’icône Françoise Fabian. Une façon, alors que scènes et projecteurs s’apprêtent à sortir de leur long sommeil, de célébrer l’amour de l’art. Votre première image de cinéma? L’actrice française Dany Robin, fredonnant une chanson dans une ravissante robe blanche, filant sur une bicyclette. Le charme lumineux de cette scène. J’avais six ans. Votre première larme de cinéma? Pour qui sonne le glas, avec Ingrid Bergman et Gary Cooper. À la seconde où je les ai vus, je suis tombée amoureuse de ce couple de cinéma. Et en même temps je sanglotais, c’est si triste, c’est sur la guerre d’Espagne. Enfin je suis une pleureuse, moi, de toute façon… Votre plus grand rire de cinéma ? Indéniablement, devant les pitreries du comique américain Danny Kaye, qui était capable de se pencher jusqu’à toucher le sol sans que ses pieds bougent… Pierre Richard a découvert sa vocation grâce à Kaye. On dit que le…