Enrichir les collections muséales

0
284

Au cours des deux derniers siècles, les musées se donnaient pour mis-sion principale : acquérir, conserver, étudier les collections. Cette exi-gence patrimoniale demeure fondamentale et consubstantielle à l’exis-tence du musée, même si aujourd’hui on attend légitimement une approche plus sociétale d’un tel équipement culturel. L’enrichissement des collections s’effectuait jadis, au détriment du public. Le visiteur devait posséder les connaissances suffisantes pour se rendre au musée ou s’en abstenir. Il y était davantage toléré qu’ac-cueilli. Cette situation perdura jusqu’aux années soixante du siècle dernier. Ensuite, le lancinant débat mission patrimoniale versus mission culturelle s’est exacerbé, avant de lentement s’apaiser. Les médiateurs ont su trouver leur place auprès d’un public toujours plus divers, jusqu’à proposer une forme d’inclusivité interactive des col-lections qui rencontre un véritable succès. De leur côté, les conserva-teurs se sont emparés de la numérisation des inventaires pour relancer la réflexion sur les collections. Les traditionnelles études typologiques devenues atones cèdent la place à une mise en regard des œuvres d’époques et de lieux différents, ouvrant la voie à une muséographie en résonance avec les curiosités des visiteurs. Ce nouvel équilibre participe de l’attrait du musée auprès d’un public soucieux de connaître et de comprendre les œuvres dans une atmos-phère…