A Saint-Germain-des-Prés, une fête de l’œil et de l’esprit

0
68

Pour son vingtième anniversaire, le Parcours des mondes a, plus que jamais, souhaité décliner le Beau sous toutes ses formes et tous ses horizons. A l’heure où la planète semble basculer dans un chaos tant idéologique que climatique, rien ne semblait plus vivifiant que de célébrer ces arts que l’on qualifie désormais de « premiers ». Par Claire Doukhan    Qui eût cru que le petit salon lancé il y a deux décennies par Rik Gadella (le fondateur également de Paris Photo) prendrait une telle ampleur ! Le musée du quai Branly n’avait pas encore pointé son nez à l’ombre de la Tour Eiffel et les amateurs de ces arts que l’on ne qualifiait pas encore de « premiers » étaient une poignée d’initiés qui s’échangeaient des adresses comme on se confie un secret. En 2002, le nombre des galeries participantes ne dépassait pas la vingtaine et rares étaient alors les marchands étrangers qui prenaient part à cette délicieuse aventure. Six années plus tard, ce salon réservé aux afficionados va cependant connaître un tournant décisif lorsqu’il est racheté par la filiale de l’éditeur du magazine Tribal Art. Sous l’impulsion du collectionneur Pierre Moos, qui partage avec le Président Jacques Chirac sa passion pour les arts…