ANTIQUITÉ CÉSAR ET LE RHÔNE

0
168
Le chaland Arles-Rhone 3 Construit entre 50 et 60 apr. J.-C. Bois de sapin et de chêne Musee departemental Arles antique Depot du DRASSM Inv. RHO.2004.AR3.1
Le chaland Arles-Rhône 3 Construit entre 50 et 60 apr. J.-C. Bois de sapin et de chêne Musée départemental Arles antique Dépôt du DRASSM Inv. RHO.2004.AR3.1 © MDAA, Rémi Benali

Les découvertes faites à Arles, dans le lit du Rhône, ont eu un grand retentissement et le directeur du Musée d’art et d’histoire de Genève, Jean-Yves Marin voulait en faire profiter les Genevois, avec l’aval enthousiaste de Claude Sintes, directeur du Musée départemental. Roue de chariot IVe siècle apr. J.-C., découverte à Arles, fouilles du Rhône, 2014 Bois de frêne et fer, diamètre 102 cm Musée départemental Arles antique Dépôt du DRASSM Inv. RHO.2014.X-Y.18.II.332 © Restauration et cliché, ARC-Nucléart, Grenoble Le titre de l’exposition genevoise fait référence à César et au Rhône. Le Rhône, parce que ce fleuve unit Arles à Genève ; César, parce que, outre le fait qu’Arles lui doit sa fondation en qualité de colonie (46 av. J.-C.), c’est le dictateur qui a fait entrer Genève dans l’Histoire, en racontant dans la Guerre des Gaules comment il s’était précipité dans cette cité douze ans auparavant afin de couper le pont sur le Rhône, interdisant ainsi aux Helvètes la migration en territoire romain. En 1862 déjà, des trouvailles fortuites (patères en argent) ont montré l’importance du Rhône du point de vue archéologique. Mais c’est à partir de 1986, que se sont succédé à un rythme soutenu les découvertes…