Balthus : l’autre modernité

0
217
Passage du Commerce Saint-André, 1952–1954 Huile sur toile, 294 x 330 cm Collection privée © Balthus - Photo : Robert Bayer

À l’écart et à l’opposé de l’abstraction et du surréalisme, il est une autre modernité, celle de la peinture figurative, longtemps négligée sinon méprisée. C’est celle qu’a magnifiquement illustrée Balthus, par exemple. Si la Fondation Beyeler ne possède aucune de ses œuvres, plusieurs toiles importantes ont néanmoins transité par la galerie de la Baumleingasse. Or,  depuis quelques années, comme pour réparer un oubli ou effacer un regret, la Fondation a accueilli en prêt de longue durée une des toiles phares du peintre, Le Passage du Commerce-Saint-André. Il appelait en quelque sorte la grande rétrospective de Raphael Bouvier, préparée d’entente avec le Museo Nacional Thyssen-Bornemisza de Madrid, où elle sera visible l’année prochaine. De loin la plus importante depuis celles qu’avait organisées Jean Clair au Centre Pompidou, en 1983 et au Palazzo Grassi, à Venise, en 2001. La Rue, 1933Huile sur toile, 195 x 240 cmThe Museum of Modern Art, NewYork, Légué par James Thrall Soby© Balthus – Photo : © 2018. Digital image,The Museum of Modern Art, New York/Scala,Florence Tableau phare, en effet, mais aussi tableau charnière, qui marque la fin des difficiles années parisiennes de Balthus et ouvre la période de Chassy, essentiellement consacrée au paysage, au portrait et…