CARAMBOLAGES VISUELS

0
338
Le Penseur, élément de la Porte de l’Enfer - L’Ouvrier philosophe
Le Penseur, élément de la Porte de l’Enfer - L’Ouvrier philosophe

Confier le commissariat d’une exposition à Jean-Hubert Martin est un exercice audacieux et stimulant. Invité à poser un regard neuf sur les collections du Musée d’Art et d’Histoire de Genève, l’historien de l’art bouscule avec gourmandise les hiérarchies traditionnelles entre les disciplines et les œuvres. Et c’est réjouissant ! Le ton est immédiatement donné par ce titre un brin provocateur : « Pas besoin d’un dessin ». Comme si le visiteur était invité d’emblée à se délester de tout encombrant bagage culturel pour s’aventurer et se perdre dans cette exposition aux allures de vagabondage esthétique. Butiner d’une œuvre à l’autre, s’inventer son propre parcours en faisant fi des catégories traditionnelles imposées par les diktats des conservateurs de musée et des historiens de l’art ; s’autoriser des pas de côté, des ellipses, des retours en arrière ; bref, appréhender une exposition comme une expérience intime et sensorielle… L’Enlèvement d’Hélène En donnant carte blanche à Jean-Hubert Martin pour chahuter son musée, le directeur du MAH Marc-Olivier Walher n’ignorait pas que l’exercice promettait d’être poétique et fécond. S’appuyant sur la richesse vertigineuse des réserves, l’audacieux commissaire a en effet signé une exposition aux allures de manifeste. Introduire du désordre pour éveiller la curiosité et la sensibilité du visiteur, bannir…