Entretien avec Massimo Listri

0
299

Massimo Listri, Florentin né en 1953, est photographe mais aussi collectionneur et esthète. Depuis quarante ans, il documente à travers ses photographies les plus beaux intérieurs du monde, palais, bibliothèques, lieux à l’abandon, cabinets de curiosité, églises et châteaux avec un style aulique, clair et pur, qui a séduit les plus grandes revues – AD et FMR au premier chef. Depuis quelques années, des expositions lui sont consacrées dans le monde entier tandis qu’il publie ouvrage sur ouvrage pour conserver la mémoire des plus beaux lieux patrimoniaux. À la rentrée prochaine, il va recréer la revue mythique FMR, créée par son ami Franco Maria Ricci, disparu en 2020, et à laquelle il a toujours collaboré.   Comment est née votre vocation pour la photographie d’architecture et d’intérieur en particulier ? La vocation pour ce genre de photographie est née quand j’étais adolescent : à seize ans, je développais mes photos dans des chambres noires puis, à dix-sept ans, ma dernière année de lycée, je collaborais déjà avec plusieurs revues de photographie. J’ai ensuite entrepris des études de lettres mais j’ai laissé tomber au bout d’un an car j’étais déjà complètement pris par le travail photographique. Je passais mes nuits à…