Exposition “Le Chic Français. Images de femmes 1900 – 1950” au Palais Lumière d’Evian

0
540
Harper’s Bazaar Elisabeth Arden en Molyneux Jean Moral 1934 © Brigitte Moral, musée Nicéphore Niépce, ville de Chalon sur Saône

Jusqu’au 21 janvier 2018, le Palais Lumière à Evian retrace, avec plus de 300 œuvres (photographies, magazines, dessins,…), 50 ans d’histoire de la photographie de mode.

Les débuts de la photographie de mode sont timides et peu audacieux. De nombreux magazines diffusent la mode au début du XXe siècle mais le dessin y occupe une place prépondérante. Si dans les médias, la place de la photographie de mode connait un essor similaire à celui de la photographie en général, jusque dans les années 1920 les contraintes liées aux techniques d’impression ne favorisent pas son utilisation. Les photographes travaillent en studio, les modèles restent statiques et les mises en pages sont rigides et peu inventives. Cette manière de mettre en scène la mode et le vêtement est évidemment à mettre en correspondance avec le statut de la femme dans la société.

Portrait au champ de courses 1930 Agence Rol © Musée Nicéphore Niépce, ville de Chalon sur Saône

Dans les années 1920-30, une « Nouvelle Vision » s’impose. Des photographes comme Jean Moral, Maurice Tabard, André Steiner, pratiquent une photographie résolument moderne et différente.

Mode pour Vogue, Maurice Tabard, 1947 © musée Nicéphore Niépce, ville de Chalon sur Saône

Pendant l’entre-deux guerre, la photographie et les magazines accompagnent et soutiennent l’émancipation des femmes. Les photographes multiplient les expérimentations formelles, inventent des angles de prises de vue spectaculaires, proposent des cadrages audacieux et des sujets modernes. Ils offrent une nouvelle image de la femme, une « vision » enfin libérée.

Véritables touche-à-tout, ces photographes, recrutés par le monde de la mode, mettent leur savoir-faire éprouvé au service des magazines et contribuent à diffuser l’image d’une féminité moderne, chic, dynamique et urbaine. Les séances enfin libérées des studios, et réalisées dans les rues de Paris participent pleinement à la reconnaissance de Paris comme capitale de la mode.