JOYEUX CENTENAIRE !

0
971

Notre vie est pleine de dédicataires. Combien de grands ou petits gâteaux confectionnés en mémoire d’une grand-mère – qui ne donnait parfois pour toute unité de mesure que le « verre » –, combien de pyramides visitées en mémoire d’un père pour qui l’Égypte est restée inviolée, car il naquit – appelons-le l’époux de cette gourmande grand-mère – avant l’ère des voyages aisés ? De cette sorte particulière de dédicaces, invisibles, inscrites dans les corps, il en est bien entendu, ne disons pas de plus émouvantes, mais de plus poignantes. Qu’on songe à la découverte de la peinture par le résistant Daniel Cordier, chancelier d’honneur de l’Ordre de la Libération, qui a fêté le mois dernier, le 10 août, ses cent ans ! Bordelais royaliste outré par la capitulation, gagnant Londres en juin 1940, parachuté en France deux ans plus tard, ce combattant de l’ombre devint le secrétaire de Jean Moulin dont il loua plus tard, le regard encore empli de fascination, entre autres traits notables – est-ce besoin de préciser ? –, l’élégance. Depuis les anciens Grecs, au moins, héroïsme et beauté, goût et courage n’ont-ils pas très régulièrement et fort merveilleusement voisiné ? Si nous devons brusquement changer de conversation,…