«L’ORIGINE DE LA CRÉATION CÉRAMIQUE, C’EST LA PRIÈRE» MASAMICHI YOSHIKAWA

0
173
Wave, 2011 © Takashi Hatakeyama
Wave, 2011 © Takashi Hatakeyama

Après une exposition à la Fondation Baur, l’artiste – présent dans les musées de Sèvres, Londres ou Hambourg – est à l’honneur à L’Espace Muraille de Genève. Né en 1946 dans le Japon d’aprèsguerre, maître dans l’art d’émaux céladon inspiré d’une tradition vernaculaire paysanne, Masamichi Yoshikawa cultive une forte singularité qui l’inscrit entre tradition et modernité. Il apprend paradoxalement l’art de la céramique en 1968, à l’époque où émerge l’art contemporain au pays du SoleilLevant. L’homme part à trois cents kilomètres de Tokyo dans une ville nommée Tokoname qui produit le matériau depuis des siècles. Dans ce lieu historique de la culture japonaise, également cé lèbre pour son argile, il produit des œuvres en porcelaine nommées seihakuji. Il s’installe dans cette ville dans le but, dit-il « de concevoir des objets destinés à la Scandinavie, les années soixante-dix ont été comme beaucoup d’endroits du monde une période d’intense interrogation sur l’esthétique. Nous nous sommes posés beaucoup de questions sur la qualité des formes dans l’espace ». Les enjeux formels sont ainsi au cœur des préoccupations de l’artiste, lauréat de nombreux prix dont la médaille d’or à la Biennale de Vallauris en 2002. Entrer dans l’œuvre de Masamichi Yoshikawa, c’est circuler…