Saint joseph n’a pas toujours été vieux

0
2908

Dominique Fernandez Éclatant, surprenant, ce Mariage de la Vierge : au lieu du vieillard barbu qu’on donne d’habitude pour époux à la jeune Marie, voici un gaillard du même âge qu’elle, joufflu, aux abondantes boucles blond roux, robuste, d’une virilité indubitable. S’il ne veut pas toucher à sa femme, c’est par choix, non par sénilité et déclin de ses facultés amoureuses. Il tient à la main un long lis qu’il brandit comme l’étendard de sa chasteté voulue. L’auteur de cette entorse flagrante à l’iconographie ? Le peintre italien dit Rosso Fiorentino (de son vrai nom Giovanni Battista di Jacopo Guasparre), né à Florence en 1494. Pourquoi ce surnom de « Rosso » (« Rouge » ou « Roux) ? Là commence la première énigme. Car il ne semble pas qu’il ait été roux ; le roux est la couleur qu’il donne aux cheveux de beaucoup de ses personnages. Or le roux, dans la mythologie populaire, était lié à quelque chose de dangereux et maléfique. Voilà d’emblée notre peintre classé dans la petite cohorte des gens qui dérangent, qui inquiètent, qui ne sont pas tout à fait ce qu’il faudrait être. Son exact compatriote et contemporain Jacopo Pontormo (de son vrai nom Jacopo Carrucci) ne dérangeait et n’inquiétait pas moins,…