Signac au fil de l’eau

0
2934

Tancrède Hertzog Cent cinquante ans après sa naissance, une exposition à Giverny réunit pour la première fois certaines des œuvres les plus célèbres de Signac, peintre-navigateur et maître de la couleur, qui, tout au long de sa vie, trouva son inspiration au fil des ports et des côtes. Paul Signac Concarneau. Calme du soir (allegro maestoso). Opus 220, 1891 Si un motif au sein de la nature a inspiré les peintres de la modernité en France dans la deuxième moitié du XIXe siècle, c’est bien celui de l’eau. L’observation de cet élément qui reflète les couleurs et les mêle, brisant les formes, a permis, sous le pinceau révolté des paysagistes les plus célèbres de tous les temps, Monet, Renoir, Pissarro, de briser le carcan de l’académisme et de libérer la peinture de contraintes trop mimétiques. Avec l’impressionnisme, l’eau déborde, pour ainsi dire, de son cadre. Tout, sur la toile, devient incertain, mouvementé, fugitif, les champs comme les arbres, la ville comme le ciel. Et c’est à deux pas de la maison de Giverny où Monet peignit vingt ans durant les variations de la vibration aquatique et végétale du Bassin aux nymphéas, que le petit et énergique musée des Impressionnismes rend…