UN ART PASSIONNEL

0
230
Vénus retenant Adonis, 1554 Huile sur toile, 186 x 207 cm © Museo Nacional del Prado, Madrid

La National Gallery de Londres réunit ce printemps les poesie de Titien, soit les six grands tableaux mythologiques peints pour Philippe II d’Espagne, un rêve … Une exposition visible à Londres jusqu’au 14 juin 2020, un seul peintre, Titien, un seul commanditaire, Philippe II d’Espagne, et une source littéraire, les Métamorphoses d’Ovide. À quoi il faut ajouter une entorse (mais elle s’apparente à la trahison de Max Brod à qui l’on doit de pouvoir apprécier quelques chefs-d’œuvre de Kafka, que ce dernier souhaitait qu’on détruisît après sa mort…) (mais, à tout prendre, n’est-il pas des infidélités plus gênantes que d’autres ? pourquoi la Pietà de Titien, par exemple, que le peintre conçut pour sa propre tombe et qu’il ne put achever, ne fut-elle jamais accrochée au-dessus de celle-ci ?) : pour la première fois dans son histoire, la Wallace Collection, dont aucune œuvre ne peut en principe quitter la calme et belle maison de Manchester Square, accepta de prêter l’un de ses joyaux. Londres est ainsi devenue pour quelques mois la capitale du culte titianesque, fort recommandé ; dispersé dès la fin du XVIe siècle, un ensemble voulu par un grand, très grand client de Titien est remonté ; les œuvres…