YESHWANT RAO HOLKAR II MAHARAJAH DES ANNÉES FOLLES

0
65
Bernard Boutet de Monvel S.A. Le Maharajah d’Indore (habit occidental), 1929 © Adagp, Paris, 2019 photo Pascal Cadiou
Bernard Boutet de Monvel S.A. Le Maharajah d’Indore (habit occidental), 1929 © Adagp, Paris, 2019 photo Pascal Cadiou

Mécène éclairé, arbitre des élégances et dandy invétéré, le maharajah d’Indore et son palais d’avant-garde renaissent le temps d’une exposition au Musée des Arts Décoratifs de Paris. La promesse d’un enchantement… Le maharajah est noir comme de l’encre avec de longs et grands yeux comme dans les gravures persanes. Longues mains fines. Maigre à souhait. Pas joli mais grand caractère ». Tels sont les mots piquants utilisés par Delfina Boutet de Monvel, l’épouse du célèbre peintre mondain des années trente, pour décrire le physique magnétique du jeune maharajah d’Indore de passage à Paris pour faire exécuter son portrait. Épris de modernité et attiré comme par un aimant par la fine fleur de l’avant-garde européenne, le jeune prince indien a, en effet, entendu parler des effigies très « fitzgéraldiennes » de Bernard Boutet de Monvel qui ont valeur d’icônes dans les milieux chics de Paris et de New York. C’est donc durant l’été 1929 que se dérouleront les séances de pose dans le bel hôtel germanopratin d’inspiration Directoire de l’artiste. Vêtu d’une queuede-pie et d’un nœud papillon, chaussé d’escarpins vernis, une lourde cape de soie noire doublée de satin blanc jetée sur ses frêles épaules, une montre signée Cartier ornant son…