Entre séduction et effroi, les mirabilia du Parcours des Mondes

0
206
Masque Dan Kran, Côte d’Ivoire Début du XXe siècle Hauteur 24,5 cm Acquis auprès de la Galerie Monbrison, Paris, 1999 Ex collection particulière, Paris depuis lors Courtesy Galerie Flak, photo : © D. Voirin

Comment surprendre encore l’amateur chevronné tout en attirant le collectionneur néophyte, tel est le délicat défi que relèvent chaque année, avec brio, les galeristes participant au Parcours des Mondes. Focus sur quelques pièces exceptionnelles présentées lors de cette XVIIe édition. Par Bérénice Geoffroy-Schneiter Statue Malagan, Nouvelle-Irlande, hauteur 80 cmAncienne collections Ernst Ascher et Pierre et ClaudeVérité, collection privée© Hugues Dubois Ils se pressent chaque année dans le dédale des petites rues de Saint-Germain-des-Prés, un épais catalogue glissé sous le bras, échangeant entre eux à voix basse des propos d’initiés. Le cœur battant, le regard aiguisé, ils traquent la pièce rare, le masque doté d’un exceptionnel pedigree, c’est-à-dire ayant appartenu à l’un de ces collectionneurs mythiques qui a pour nom Paul Guillaume, Apollinaire, Breton ou Derain. Pour satisfaire les appétits gourmands des aficionados du Parcours des Mondes, les marchands savent qu’ils doivent chaque année surprendre par le choix de pièces d’exception ou par la présentation d’expositions dont le contenu scientifique rivaliserait presque avec celui des musées. Plusieurs mois, voire des années de recherche sont parfois nécessaires pour remonter la piste d’objets rares que les tribulations du marché de l’art ont souvent dispersés aux quatre coins du monde. Ainsi, le tandem composé…