L’INVITÉE D’ARTPASSIONS- Sonia Zannettacci

0
131

En 1980, elle ouvre sa galerie dans la vieille ville de Genève pour y montrer le travail d’artistes-amis dont, depuis les années soixante, elle a eu l’occasion de suivre l’évolution, tout naturellement, lors de visites et réunions amicales. Les uns sont associés à la Figuration Narrative, les autres au Nouveau Réalisme ou certains au groupe Panique. Parallèlement à ces peintres du présent, elle expose des photographes du début du XXe siècle ainsi qu’une toute jeune artiste genevoise, Béatrice Helg qui entrera vite dans le cercle des amis. La plupart se trouvent aujourd’hui réunis dans l’exposition « Aux confins du réel » qui s’est ouverte le 4 mars. Comment voyez-vous l’évolution du monde de l’art avec les périodes troubles que nous vivons ? La situation dans laquelle la pandémie nous a plongés est attristante et pénible, d’autant plus que nous dépendons de décisions administratives parfois difficilement compréhensibles. Pourquoi nos musées et nos galeries ont-ils été contraints de fermer leurs portes alors que les fleuristes ont été autorisés à laisser les leurs ouvertes ? En quoi les fleurs sont-elles davantage des produits de première nécessité que les oeuvres d’art ? C’est aberrant mais nous devons accepter ces incohérences en espérant que le…