SYLVIE BONNOT ÊTRE ET NE PAS ÊTRE, UNE QUESTION PHOTOGRAPHIQUE

0
209
Grande Mue Platine II, 2017 St Léger, France Photographie N&B, gélatine argentique transposée sur papier Arches, 108 x 109 cm Œuvre unique © Sylvie Bonnot - Courtesy Ségolène Brossette Galerie
Grande Mue Platine II, 2017 St Léger, France Photographie N&B, gélatine argentique transposée sur papier Arches, 108 x 109 cm Œuvre unique © Sylvie Bonnot - Courtesy Ségolène Brossette Galerie

Telle est la question que creuse, avec une étonnante diversité de moyens et une opiniâtreté certaine, la photographe bourguignonne Sylvie Bonnot. Nous avons déjà eu l’occasion dans ces pages d’évoquer ce que nous appelions le mystère de l’image, à propos de la peinture de Marlene Dumas, ou peut-être celle de Peter Doig. À l’instar de ces grands peintres, c’est cet espace flou, aux frontières indéfinies, cet insondable et fertile hiatus entre le réel et sa représentation mentale qu’explore notre artiste. Ce n’est pas le moindre de ses mérites, car là où la peinture, à la fois cosa mentale et artisanat, s’y confronte presque naturellement au fur et à mesure du processus de création, la photographie, elle, est tributaire d’un processus technique fondamentalement mimétique, qui fait directement apparaître l’image du réel sur la surface sensible. Pointe sèche VII Spitzberg – St Léger, 2014 Dessin à la pointe sèche sur tirage photographie couleur, papier RC, contrecollage aluminium 75 x 95 cm. Œuvre unique © Sylvie Bonnot C’est pourquoi la photographie de Sylvie Bonnot est une photographie intranquille, poussée dans ses retranchements. L’image – tirage ou négatif – est maltraitée, altérée, transformée pour en faire surgir un supplément d’âme, de sens, une richesse…